Jeudi 27 janvier : Destroyer - Chinatown

Il va falloir que je commence à faire attention à mes fréquentations. En 2010, c’était George Lewis Jr. (Twin Shadow pour les intimes) qui me faisait du pied avec sa musique très, mais alors très, inspirée par les années 80. On débute fort cette année avec le dernier album de Dan Bejar plus connu (enfin je pense) pour son travail avec le super groupe New Pornographers. Depuis quelque temps, il faut dire qu’on en a bouffé du 80’s allant jusqu’à l’écœurement. Soyons clair, on ne parle pas du son 80’s des groupes indés comme Violent Femmes ou Talking Heads, mais plutôt des groupes qui utilisaient des synthés risibles et surtout, dans le cas de cet album, le fameux saxophone ! Jusqu’ici, je m’étais toujours tenu à l’écart de ces gens là, les trouvant d’un goût douteux, jusqu’à ce que je me fasse avoir avec Kaputt. Le salaud avait bien caché son jeu avec Bay Of Pigs que j’avais entendu il y a un an et dont la similarité avec les groupes d’il y a plus de vingt ans ne m’avait pas frappé. Cependant, il est difficile de ne pas faire le rapport avec cette période sur son dernier disque. Durant les 50 minutes, voilà ce que vous allez manger : des synthés, du saxophone, et une voix bien particulière qui en rebutera plus d’un. Kaputt est un mélange indigeste sur le papier, mais seulement sur le papier puisqu’il s’avère être un disque des plus agréables à l’écoute. Le principe du revival 80’s est, comparé à Twin Shadow, poussé à l’extrême ici et la grandeur du disque l’est encore plus.

Si Kaputt est une indéniable réussite, c’est par l’élégance qui se dégage de chaque composition. Rarement un saxophone de ce genre (genre romantique kitsch au clair de lune si tu vois ce que je veux dire) n’aura aussi bien sonné. Tenant sur la longueur, l’album est un beau et paisible voyage sans jamais être chiant, une de ses principales forces avec le fait qu’il ne paraît jamais daté ou ringard. Au-delà de ces trois instruments, il y a si peu de choses qui habillent ses compositions et pourtant la magie opère à chaque fois. Le temps passe vite sur ce disque qui possède un charme fou et une grande originalité qui ne demande qu’à être réécouter encore et encore. Il est certain que Dan Bejar ne se fera pas que des amis et risque de diviser les auditeurs en pro et anti-kaputt.

En écoute aujourd’hui, Chinatown qui vous donnera un très bon aperçu de ce à quoi vous pouvez vous attendre. Soit il vous rendra accroc à la drogue Kaputt, soit il vous horripilera au plus haut point ne vous donnant alors qu’une envie, celle de jeter votre ordinateur par la fenêtre qui sera alors kaput (Tagada Tsoin tsoin)…



Extrait de l'album : Kaputt
sortie le : 25 janvier 2011
Label : Merge
Myspace
En écoute dans le lecteur à droite

Pour :
Little Reviews
Music doesn't Exist In My Country
Du son
Tasca Potosina
Brainfeeders & Mindfuckers
Des chibres et des lettres

Contre :
Esprits critiques

11 commentaires:

Nathan a dit…

Ahah, c'est drôle, mais je suis plutôt dans les "pour". Même si ma chronique peut faire penser le contraire, je l'avoue. Même un "pour" convaincu.

Panda Panda a dit…

Shame On me
"Et l'air de rien, Bejar balance neuf morceaux, basés sur rien, tranquilles et profondément humains. Et sacrément beaux et alambiqués [...]"

Évidemment tout était là... (belle chronique au passage!)

Panda Panda a dit…

(Même si je ne la comprends que maintenant)

Erwan a dit…

Pas du tout convaincu par cette orientation 80's. J'entends bien la qualité des compositions mais je rêverais de les entendre sans ces synthés et ce saxo affreux...
(oui particulièrement affreux quand il arrive au moment même où je découvre celui de Coltrane ;-)

Panda Panda a dit…

Coltrane, Bejar... Tu chipotes!

Mmarsupilami a dit…

J'ose une question : quel est l'âge de ceux qui détestent le son des années 80? Est-ce parce qu'ils les ont vécues comme ado?

Erwan, si tu écoutes un morceau au piano d'Oscar Petterson, tu demandes à Sufjan de remballer le sien???

La comparaison avec Coltrane est bancale. Tout de même, le statut et le rôle du saxo chez Bejar et Coltrane sont légèrement différents, non? En utilisant ce système, on démolit n'importe qui, à commencer par les multi-instrumentistes qui n'excellent dans rien, ce qui ne les empêche pas d'être des artistes majeurs, comme, par exemple, au hasard, ...

Mmarsupilami a dit…

Oublié : ;-D

Erwan a dit…

@Mmarsupilami: Je suis né en 1980 donc j'ai échappé musicalement aux années 80, j'étais plus Henri Dès et Anne Silvestre à ce moment là ;-)

Pour Coltrane, c'était une private joke avec Panda Panda en rapport à son commentaire sur mon dernier article. Evidemment que ce serait stupide de comparer les deux, autre style de musique, autre époque... (mais je déteste quand même ce saxo ;-)

Mmarsupilami a dit…

OK, Erwan.
Nous voilà amis pour la vie, nous avons une idole commune, Henry Dès...

Panda Panda a dit…

Bon tout le monde est content, je suis content aussi du coup :)

BAIABOYISBACK a dit…

http://baiaboyisback.blogspot.fr/2014/11/destroyer-chinatown-2010.html