Jeudi 17 janvier : Villagers - {Awayland}

Cela fait déjà trois ans que l’on a découvert le groupe Irlandais Villagers avec un premier album très réussi qui leur avait permis de se faire un nom et d’être nominé au très prestigieux Mercury Prize. Entre temps, Conor O'Brien, compositeur et parolier, à tourné à n’en plus finir, a fricoté le temps de quelques chansons avec Charlotte Gainsbourg et a eu une panne d’inspiration. Incapable d’écrire quoi que ce soit de potable, le jeune Irlandais est donc allé voir ailleurs et a profité d’être au chômage forcé pour se plonger dans l’électro de Détroit ou même de Plastikman (genre).
                                                                                        
Désireux de ne pas se répéter, Conor O'Brien tente alors d’insuffler à son folk des sonorités électroniques qui l’ont bercées depuis des mois, en vain. L’effort est louable mais le résultat s’avère trop timide et trop peu maîtrisé  L’apport des machines se limite finalement à quelques boucles simplistes et peu inspirées survenant le plus souvent à la fin du titre histoire de conclure sur un final épique. C’est d’ailleurs une des nouveautés regrettable de {Awayland}, dans cette volonté d’offrir un disque plus grandiloquent, les montées semblent systématiques, les artisans folk se transforment en une machine bien huilée qui laisse peu de place à l’étonnement. Pour un album qui se veut surprenant, c’est tout de même ballot.

Heureusement Conor O'Brien sauve le disque du désastre par une écriture de haute tenue et même quand il y a un passage à vide, chaque titre possède un refrain, un couplet ou même un pont qui vous pousse à réévaluer {Awayland}. Il y a suffisamment de moments lumineux pour apprécier ce disque sans se sentir floué par un artiste rangé par le passé dans la case "promesse".

{Awayland} manque d’audace, d’ingéniosité, de finesse mais Conor O'Brien confirme étrangement son talent de songwriter par le simple fait qu’il est encore capable de nous transporter le temps de quelques titres.

En écoute aujourd’hui, Nothing Arrived, un pur produit FM qui pourrait bien voir Conor O’Brien cartonner dans les charts.


Sortie le : 14 janvier 2013
Label : Domino
Un titre en écoute dans le lecteur à droite

Pour :
...

Couci couça :
...

Contre :
...

P.S : Ears Of Panda a une page facebook et il se passe pleins de trucs dessus donc si tu veux passer à l'occasion c'est ici : CECI EST UN LIEN : CLIQUE DESSUS

4 commentaires:

Vincent a dit…

Oui, je suis d'accord avec toi. Je trouve ce disque assez moyen...

Panda Panda a dit…

Me voilà rassuré face à cette avalanche de pour

Erwan a dit…

Vous êtes dur ! Un bien bel album où Conor affirme son style. Bourré de tubes (les 2 premiers tiers du disque) et avec encore quelques belles compos plus douces (la fin).

Panda Panda a dit…

Ouai non pas emballé...